Aller au contenu
  • Pas encore inscrit ?

    Pourquoi ne pas vous inscrire ? C'est simple, rapide et gratuit.
    Pour en savoir plus, lisez Les avantages de l'inscription... et la Charte de Zébulon.
    De plus, les messages que vous postez en tant qu'invité restent invisibles tant qu'un modérateur ne les a pas validés. Inscrivez-vous, ce sera un gain de temps pour tout le monde, vous, les helpeurs et les modérateurs ! :wink:

cariboo

tordre le coup aux idées reçues obsolètes sur linux

Messages recommandés

Salut,cet "article" n'est pas de moi.Il est issus d'un autre forum ( qui j éspère est en bon terme avec zebulon car je recopie les 3/4 sur zebulon,dans le cas contraire y aura juste à supprimer ce post ) et je le trouve particulierment bien fait et objectif.Cet article ne tombe pas dans une guerre stupide windows/linux,il se contente d'enumerer ce que la majortié des gens peuvent faire à l heure actuelle avec une distribution linux ainsi que de tordre le coup à des idées reçues.

 

Ce post à pour but de vous expliquer que linux est très facile à installer ( bien plus que windows,et oui une iddé reçu qui tombe ) et accessible aux novices.

 

La suite de l'article à été pris sur cet page très complète dont je ne suis pas l'auteur :

 

http://www.pcinpact.com/forum/sujet_28224.htm

 

Puis-je tester Linux sans toucher à ma machine ? OUI et bien evidement gratuitement avec un LiveCD ( http://www.framasoft.net/rubrique277.html ).Toutes les distributions on un live cd pour permettre à qui le veut de tester sans le moindre risque linux.

 

Mon matériel est-il compatible ? En général, mais un boot sur un LiveCD peut aider à le confirmer

Mon processeur est un X2/dual-core ? OK, Linux en tirera tout à fait avantage

Mes disques durs sont en SATA ? OK avec un noyau 2.6

Ma carte graphique est une ATI ? OK, même si elle sera un peu moins bien exploitée

Mon IPod/Zen Micro/APN ? Oui, soit directement comme un périphérique de stockage USB, soit avec un logiciel ad'hoc

Mon modem ADSL ? Quasiment tout les modem adsl sont reconnu à l'heure actuelle.

Mon imprimante ? Probablement, après avoir jeter un coup d'oeil sur la page de Cups

Linux marchera t'il sur un vieux PC ? OUI

Linux marche t'il sur un portable ? OUI

Puis-je faire cohabiter Linux et Windows sur une même machine ? OUI

Puis-je faire cohabiter Linux et Windows sur un même disque dur ? OUI

Puis-je faire cohabiter plusieurs Linux et Windows ? toujours OUI, même destination que ci-dessus.

Puis-je partager des données entre Windows et Linux ? OUI, l'idéal étant d'utiliser une partition commune en FAT32

 

Les equivalences logiciels windows => linux :

 

http://www.pcinpact.com/forum/index.php?showtopic=23798

 

Les distibutions ainsi qu'un max de logiciels libres :

 

http://www.framasoft.net/rubrique231.html

 

 

Pourquoi passer sur un système libre ?

 

Par sécurité

Parce qu'il est parfois frustrant de réinstaller sa machine à cause d'un virus, d'un spyware, d'une baisse de performances inexplicable et donc légitime de s'intéresser à un environnement plus robuste.

La partie vie privée peut également être une inquiétude. L'abondance des spywares, le flou qui entoure les nouveaux CLUF, l'impossibilité de savoir ce que certains logiciels font transiter comme informations peut pousser certains à se tourner vers les logiciels libres.Voir ce topic pour une sécu encore meilleur :

http://www.pcinpact.com/forum/sujet_26205.htm

 

Par nécessité économique

L'achat du matériel est déjà en soit une dépense importante, que dire alors des logiciels si on souhaite rester dans le monde du propriétaire et être en conformité avec les lois. Rien qu'avec un OS commercial et un pack bureautique, on arrive au prix d'une petite config. L'alternative du monde libre est alors un bon moyen d'investir plus dans le matériel (ou dans autre chose que l'informatique)

 

Par bonne conscience

Principalement pour celui qui trouve plus satisfaisant d'utiliser voire de faire vivre des logiciels libres, plutôt que d'utiliser des versions pirates de logiciels commerciaux.

 

Par nécessité professionelle

Les OS libres sont des dérivés d'UNIX, et UNIX reste une solution majeure dans les environnements professionnels. Débuter sur Linux ou une variante de BSD est un moyen rapide et économique d'apprendre le fonctionnement d'UNIX, avec le soutien de la communauté et la profusion de guides qu'elle a créés. D'autant que ces OS ne sont pas des ersatz des Unix commerciaux, mais bien des OS à part entière, aussi performants, fiables et même mieux lotis en terme d'offre logicielle.

 

Pour comprendre

Lorsque vous installer un OS libre, vous avez la possibilité de décortiquer plus ou moins profondément son mécanisme de fonctionnement : les noyaux, les services ... Ce n'est certes pas à la portée de tout le monde, ni nécessaire à tout le monde, mais il est parfois satisfaisant intellectuellement de comprendre ce qui se cache dans l'OS et de ne pas utiliser une "boîte noire".

Par ailleurs cette connaissance plus ou moins approfondie, mais accessible, permet d'être aidé par la communauté, puis de l'aider : face à un problème il suffit de consulter le fichier de log, se faire aider si on ne le comprend pas, puis d'aider son prochain une fois que l'on a compris le mécanisme.

 

Pour répondre à un besoin

Un PC obsolète peut facilement être recyclé sous Linux, et peut faire office à la fois de :

Firewall (avec un contrôle très précis), en utilisant par exemple une distribution dédiée comme IPCop,

partage de connexion,

proxy (accélération de la navigation et fonctions de filtrage de contenu)

relai de messagerie (afin par exemple d'utiliser d'autres adresses mél que celles de l'opérateur),

client messagerie (avec anti-spam et anti-virus)

serveur universel de fichiers et d'impression,

serveur DHCP et DNS pour le reste du réseau interne (qui peut sans problème être en Windows),

serveur web personnel,

serveur de streaming audio

et bien d'autres fonctions encore pour un investissement logiciel nul, une grande stabilité et une bonne simplicité d'administration. Ce topic sur la configuration minimale vous permettra d'en savoir plus.

 

 

Pour des raisons philosophiques

Là, c'est un sujet glissant. Les diverses raisons peuvent être par exemple

Eviter d'encourager une situation monopolistique,

Avoir la sensation d'être utile, en pouvant participer et faire évoluer une technologie,

Faire partie d'une communauté sans frontières,

Rejoindre un certain idéalisme où la qualité prime sur l'argent,

Intégrer le dernier espace vraiment libre d'échange

Biensur, utiliser Linux n'oblige personne à adhérer de près ou de loin à ces raisons

 

 

 

 

Qu'est ce que je peux faire avec Linux ou *BSD ?

 

Ici, avec une configuration même modeste il est possible de faire un grand nombre de choses.

 

Faire des travaux bureautiques, techniques, scientifiques

Le monde libre est riche de nombreuses solutions dans tous ces domaines, certaines privilégiant la simplicité, d'autres la complétude. Certaines applications sont même sans équivalent dans le monde propriétaire :

En bureautique : OpenOffice, KOffice, Abiword

En graphisme : The Gimp, Povray, Blender

En environnement technique : Kivio, Dia, Electric, Geda, Gdis, Qcad

En envrionnement scientifique : Gnuplot, Maxima, SciLab, Celestia,

 

Développer

Le développement est le coeur vivant de la communauté du libre. Il est donc naturel que cette activité soit bien représentée. Les outils de développement s'appuient sur les spécifications des standards, ce qui garantit une bonne portabilité.

Il existe des compilateurs pour à peu près tous les langages, et il faut noter que gcc compile du C, du C++, du Fortran et du Java à lui tout seul !

Les langages de script se comptent par dizaines : Perl, PHP, Python, Ruby, Pike, Tcl/Tk ...

Les environnements de développement et les IDE, tels que KDevelop, sont également nombreux.

Pour développer des sites, il existe des outils tels que Quanta+, nVU ...

Des outils de profiling et de debugging universels sont également disponibles,

Les outils de documentation abondent (par exemple Doxygen) et permettent de générer des formats standard et portables (man, DVI, LaTeX ...).

 

Utiliser Internet

Le monde du libre offre une grande panoplie de logiciels pour utiliser Internet, qu'il s'agisse de :

naviguer (Mozilla & Firefox, Konqueror, Galeon),

consulter sa messagerie (Sylpheed, Kmail, Thunderbird),

faire de la messagerie instantanée (Jabber, Kopete, licq, amsn, gnomemeeting)

faire du peer-to-peer (mldonkey, azureus, xmule)

etc.

et ce avec un niveau de sécurité élevé, où vous n'avez pas à craindre les popups, les spywares et les attachements suspects. D'autant que de puissants outils anti-spam (spamassassin) sont également disponibles librement.

 

 

Profiter du Multimédia

Il y a une grande variété d'outils multimédia disponibles sous Linux & *BSD :

pour lire des CD Audio, DVD (xine, videolan)

lire des fichiers audio (xmms, kaffeine)

lire des fichiers video (mplayer, xine, xmms, totm, vlc)

encoder des fichiers (mencoder, transcode, abcde)

faire du montage video (cinelerra)

regarder et retoucher ses photos numériques (gimp)

écouter des radios en ligne (streamtuner), etc.

 

Jouer

Voir le topic Les jeux sous Linux, ainsi que la rubrique "le FUD habituel" ci-dessous.

Quelques grands jeux sont disponibles et tout aussi performants sous Linux : la série des Unreal Tournament, les Quake, Neverwinter Night ...

des jeux natifs tels que TuxRacer, Enemy Territory, Battle At Wesnoth ou Vega Strike et son mod Privateer-Reamke complètent l'offre,

des développements alternatifs de jeux classiques sont disponibles, avec toutes les améliorations que cela implique : FreeCiv, Lincity, Frozen Bubble, Dopewars...

Par ailleurs plusieurs environnements d'émulation sont disponibles (consoles de jeux, bornes d'arcade) ainsi que DirectX (WineX aka Cedega).

Malheureusement, certains jeux récents refusent obstinément de tourner, c'est un choix regrettable de l'éditeur.

 

 

Qu'est ce que les OS libres font mieux que Windows ?

 

La sécurité

Toujours du fait qu'ils sont dérivés d'UNIX, les OS libres ont une avance considérable sur les solutions Microsoft, qui n'ont pas initialement été pensées dans cette optique - malgré les efforts récents. Les notions fondamentales de droits et de propriétaires permettent de s'assurer qu'une application ou un utilisateur "classique" ne puisse pas interférer avec le fonctionnement du système ; il ne peut que détruire son environnement, s'il le fait exprès.

Par ailleurs les mécanismes de sécurité réseau intégrés aux derniers noyaux Linux (iptables et ipchains, resp en noyaux version 2.4 et 2.6) permettent d'atteindre un niveau de sécurité inégalé en terme de fiabilité et de contrôle. Voir le topic Sécuriser son Linux.

 

L'interface

Là où le monde Windows nous a habitué à une interface de plus en plus gourmande, et d'un aspect relativement semblable depuis Windows 95, les OS libres proposent profusion d'interfaces graphiques et de gestionnaires de fenêtres, qui se distinguent par leur aspect, leur complexité et leur consommation en ressources :

light

Fluxbox, Openbox, WindowMaker : permettent d'avoir une interface simple et complète pour une consommation de ressources extrèmement faible.

intermédiaires

xfce, enlightement : un environnement plus riche, mais performant sur les configurations les plus modestes.

évoluées

les deux "rivales" Gnome et KDE sont des environnements extrèmement complets, visuellement très évolués, et très paramétrables.

 

 

 

Les idée reçues totalement depassées :

 

Linux est compliqué à installer.

Quiconque aura essayé d'installer une Mandriva, une Redhat ou une Fedora pourra témoigner du contraire : ces distributions sont même qualifiées par certains de "clicodromes à la Windows", ce qui n'enlève rien à leur valeur, si ce n'est pédagogique puisqu'installer un Linux ou une variante de BSD est le meilleur moyen de comprendre comment il marche. Vous pouvez par exemple consulter cet excellent tutoriel sur l'installation de Mandrake 10.1 ( http://www.pcinpact.com/d-47-1-Installatio...kelinux-101.htm ), et constater par vous même la convivialité et la simplicité de la procédure.

 

Il n'y a pas de drivers

Il faut tourner le problème différemment. Il est vrai que tous les constructeurs ne font pas l'effort de développer les drivers sous Linux. Parceque ça consomme du temps, donc de l'argent, et que s'ils confient ça à des tiers, ceci revient à divulguer des informations importantes concernant leur matériel. Cependant, la communauté est très active, et le matériel le plus répandu, même très récent, est supporté. Il faut donc faire attention à ne pas acheter "n'importe quoi" si on destine sa machine à une utilisation Linux, en espérant qu'ensuite le matériel soit supporté. Mieux vaut partir sur des standards : nVidia, 3Com, Intel, Adaptec, Cisco que des configurations "exotiques".

Concernant les drivers réseau, a noter l'existence de ndiswrapper qui permet d'utiliser nativement les drivers Windows sous Linux

 

Il y a des failles de sécurité et des virus sous Linux et *BSD

C'est vrai a minima pour les failles, comme dans tout système comportant des milliers (millions) de lignes de code. Cependant :

- ce code est accessible à tous et donc scruté par de nombreuses personnes qui peuvent avoir des approches différentes, non dictées par des impératifs de production ou de rentabilité. La réactivité est également bien meilleure.

- le modèle technique sous-jacent, basé sur Unix, est beaucoup plus robuste et sécurisé. La sécurité "par défaut" du système est considérable.

- les rares failles critiques nécessitaient un accès local sur la machine, leur portée est donc considérablement moins importantes que celles enregistrées dans le monde Windows.

 

Même, chaque mois il y a plus de failles sous Linux que sous Windows

Effectivement certaines revues affichent des tableaux mensuels dans lesquelles les distributions Linux font "jeu égal" avec le monde Microsoft en terme de failles. Ce sont des statistiques en trompe l'oeil, pour la raison suivante :

- les failles Windows se limitent à celle concernant l'OS et ses composants : IE, IIS, WMP, OE.

- les failles annoncées sous Linux concernent tous les packages de la distribution, c'est-à-dire un périmètre beaucoup plus vaste (par exemple Debian comporte 13000 paquets).

- il s'agit souvent de la même faille dans chaque distribution : additionner les failles Linux dans ces tableaux reviendrait à mulitiplier les failles Windows par le nombre de versions de Windows ou du composant impactées.

 

Moins de failles c'est normal il y a moins de monde à utiliser "tel logiciel libre"

Argument récurrent et facilement réfuté par des exemples tels que Apache, Tomcat, PHP, Sendmail et Postfix, Squid, MySQL qui sont des logiciels Open Source très largement utilisés (chacun est leader en terme d'utilisation dans son secteur), et pourtant très rarement victimes de failles.

C'est d'autant plus paradoxal que, le code source est disponible et que les détracteurs du monde libre étant nombreux et puissants.

 

Et puis il y a des gigas d'update tous les mois

Sur les distributions conçues pour coller au plus près des développements (Gentoo, Debian Sid), les updates sont effectivement rapides, quelques dizaines ou centaines de Mo par mois tout au plus. Tout dépend en fait du niveau d'innovation recherché. Pour les plus stabilisées (Debian Woody, par exemple), les updates représentent rarement plus de quelques mégas par an

A la différence d'OS du monde propriétaire, la maintenance des distributions et des noyaux est assurée sur plusieurs générations (le noyau 2.2 continue de vivre).

 

C'est du nawak faut recompiler son noyau tout le temps

Mettre à jour son noyau est le pendant naturel de mettre à jour son OS et ses drivers dans le monde Windows. Une nouvelle version mineure du noyau n'est que la somme des mises à jour à l'instant t du noyau :

correction d'éventuels bugs ou failles

mise à jour éventuelle de drivers existants

ajout de nouveaux drivers

ajout de nouvelles fonctionalités, cosmétiques ou techniques

Quelques vérités à rappeler

Si l'OS fonctionne, ce n'est pas la peine de mettre à jour son noyau, sauf en cas de faille de sécurité.

l'"exercice" de choix des options n'est en général à faire qu'une fois, il est facile ensuite de réutiliser le fichier de configuration précédent.

En tout cas le choix logiciel est plus restreint que sous Windows

Les rubriques "Ce que je peux / ne peux pas faire avec un système libre", et "les équivalences logicielles" répondent d'elles même à cette ineptie. Il suffit également d'aller jeter un oeil sur slashdot et freshmeat pour réaliser la vitalité de la communauté. En dernier recours, des solutions d'émulation libres (Wine, QEMU, Bochs) ou commerciales (VMWare, Win4Lin, WineX / Cedega) peuvent résoudre le problème.

A noter qu'en général, la conversion d'une application du monde Open Source vers Windows est beaucoup plus simple que l'inverse, toujours gràce au respect des standards.

 

Et puis tout est en ligne de commande

Cette affirmation est du passé. Des outils graphiques existent pour remplacer la ligne de commande, pour la grande majorité des opérations systèmes, même complexes (mise à jour du système ou du noyau, configuration de X ...). Pour l'utilisateur standard, il est tout à fait possible de se passer du shell, et même de vi

Le recours à la ligne de commande est un "travers" des habitués, qui s'apparente à l'utilisation des raccourcis clavier dans un logiciel bureautique : il est souvent plus rapide et plus précis de faire quelque chose en ligne de commande que de naviguer entre les menus et les interfaces. De même que sous Windows il va plus vite de faire un "ren *.jpeg *.jpg" en session DOS que de renommer les fichiers un par un sous l'explorateur, surtout si l'extension est masquée.

 

En plus il faut maîtriser le C++

Pour utiliser un envrionnement libre, c'est rigoureusement inutile, même pour les distributions les plus "complexes".

Par contre, savoir programmer est fort utile pour rejoindre, un jour, l'objectif des membres de la communauté du libre : passer le stade du simple utilisateur, pour contribuer, créer, ou enrichir l'existant...

 

Bon alors il faut maîtriser l'anglais

Comme les autres OS, les choses fondamentales sont écrites en anglais. Mais toute la partie utilisateur est traduite dans la plupart des langues disponibles. Quelques subtilités, même :

certaines distributions, telles que Mandrake ou Kaella, sont conçues par des francophones pour des francophones.

les logiciels libres sont écrits par une communauté internationale, donc le niveau d'anglais utilisé reste abordable à tous.

certains environnements tels que KDE permettent d'utiliser plusieurs langues dans le même environnement : une fenêtre en français, une autre en anglais, l'autre en chinois de même pour les configuration de claviers

la communauté a adopté les standards (i18n, UTF-:P ce qui gage encore d'une excellente interopérabilité.

 

C'est mauvais pour l'économie

Ah bon ? Quelle économie ? En tout cas les éditeurs (Redhat, Mandrake) et les SSLL (Sociétés de Service en Logiciels Libres), qui sont des entreprises et donc pas des forcément des philantropes, tirent leur épingle du jeu. Il est probable que les grandes multinationales qui investissent dans le libre (IBM, Novell, SAP, Oracle...) ne le font pas non plus par pure charité.

Il faudra également penser à prendre en compte un jour l'énorme gâchis de temps et d'argent dépensés pour essayer de faire communiquer entre eux des formats ou systèmes propriétaires et fermés : les éditeurs refusant de se mettre d'accord, ce sont les entreprises qui paient.

 

Et il faut tout réapprendre

Encore une idée reçu dépassé.

 

 

 

Par quelle distribution commencer ?

 

Ce topic peut vous aider :

 

http://www.pcinpact.com/forum/sujet_89520.htm

 

C'est souvent la première question que se pose un débutant. Voici un panorama très succint des distributions. A noter que le "classement" n'a rien de figé, on a vu des débutants partir directement en Gentoo et des gourous rester en Fedora...

 

Qu'est-ce qu'une distribution ?

Dans le monde Linux (et c'est transposable aux xBSD ?), une distribution est un ensemble de logiciels ayant comme tronc commun, l'OS. Autour du noyau de l'OS, chaque distribution (et il y en a des centaines, présentées par exemple sur Distrowatch) apporte un ensemble de logiciels, souvent regroupés en "paquets", chacune ayant ses spécificités : taille, complétude des paquets, utilisation générale ou spécifique, mode de licence et de support, gestions des paquets de logiciels.

 

Découverte

Linux propose des solutions dites "LiveCD" qui permettent de découvrir Linux sans rien installer ou configurer : il suffit de booter sur le CD et de laisser faire, en général on arrive à une interface complète et bien configurée en quelques minutes, sans intervention :

Knoppix

 

Novices

pas de prise de tête à l'installation, une distribution qui marche dans les minutes qui suivent, une interface conviviale :

 

 

Ubuntu, http://www.pcinpact.com/forum/sujet_59541.htm

Mandriva, http://www.pcinpact.com/articles/d/47/1.htm

Fedora Core, http://doc.fedora-fr.org/Accueil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×