Aller au contenu
  • Pas encore inscrit ?

    Pourquoi ne pas vous inscrire ? C'est simple, rapide et gratuit.
    Pour en savoir plus, lisez Les avantages de l'inscription... et la Charte de Zébulon.
    De plus, les messages que vous postez en tant qu'invité restent invisibles tant qu'un modérateur ne les a pas validés. Inscrivez-vous, ce sera un gain de temps pour tout le monde, vous, les helpeurs et les modérateurs ! :wink:

Myki

UWB se veut le futur de tous les sans-fil

Messages recommandés

UWB se veut le futur de tous les sans-fil

 

Julien Blin, Décision Micro, le 02/02/2004 à 12h00

 

Offrant des débits élevés et relativement bon marché, l'Ultra Wide Band veut concurrencer aussi bien le Wi-Fi que Bluetooth et l'UMTS. Il lui manque néanmoins un standard.

 

«  Transférer un film à partir de votre caméra numérique sur votre PC par un réseau sans fil à la vitesse de 480 Mbit/s est désormais possible grâce à l'ultralarge bande. » Cette phrase, lancée par Jim Lansford, directeur technique d'Alereon, lors du CES 2004 de Las Vegas, ne résume qu'une infime partie des capacités de l'UWB.

 

Cette technologie, vieille de quarante ans,n'est vraiment exploitée que depuis 2002. S'appuyant sur un système d'impulsions, elle offre un débit environ dix fois plus élevé que celui du wi-fi (100 à 480 Mbit/s sur 15 mètres) et consomme moins d'énergie.

 

Quant aux signaux, ils s'affranchissent des obstacles physiques. De quoi laisser entrevoir des perspectives prometteuses : le cabinet WestResearchSolutions (WRS) prévoit que près de 305 millions d'appareils exploiteront l'UWB d'ici à 2008. De fait, de nombreux fabricants sont déjà sur les rangs tels Samsung et Motorola qui, en association avec XtremeSpectrum Inc. (racheté par Motorola en novembre 2003), commercialisent déjà des échantillons d'une puce baptisée Trinity.

 

Selon Jeffrey Ross, vice-président d'Alereon, « l'UWB sera irrésistible pour l'électronique grand public, les périphériques et les appareils mobiles » . De quoi mettre Bluetooth et wi-fi au rancard ? Pas forcément, répond Bruce Watkins, PDG de Pulse~LINK, qui lancera ses produits fin 2004. Celui-ci affirme qu'il y a de la place pour chacune de ces technologies.

 

« Wi-fi, Bluetooth et UWB offrent divers avantages au niveau prix/performances dans des segments de marché bien distincts. Il n'est pas sûr qu'il y ait un vainqueur. » Et d'ajouter : « Dans quelques années, les technologies de communication sans fil par voie logicielle [software defined radio, Ndlr] devraient faire coexister chacune de ces trois technologies à partir du même jeu de puces. »

 

Controverse autour du GPS

Les avantages de l'UWB se situeraient aussi dans le domaine de la sécurité. « Comparé à wi-fi, l'UWB offre de nouvelles possibilités au niveau physique ou du chiffrement » , affirme Bruce Watkins. Néanmoins, wi-fi a encore de beaux jours devant lui - prix bas, économies d'échelle. Cependant, WRS prévoit que le prix des jeux de puces UWB sera inférieur à celui des puces 802.11b à partir de 2013.

 

L'UWB présente pourtant quelques désagréments telle l'interférence avec les systèmes GPS et autres PC du fait de spectres de bandes de fréquences (3,1 GHz et 10,6 GHz) très proches. Mais, selon Richard Dineen, analyste chez Ovum Ldt, « le type de signal utilisé [impulsion, Ndlr] permet précisément d'éviter ce genre d'interférences » . Bruce Watkins y voit une autre explication : « Cette controverse autour du GPS est juste une rumeur lancée pour des raisons surtout concurrentielles par des sociétés qui essaient de contrecarrer l'arrivée de l'UWB sur le marché. »

 

Désormais, il devient crucial de trouver un standard afin de ne pas compromettre la mise sur orbite de l'UWB prévue pour 2005. Plusieurs groupes de fabricants s'opposent déjà pour faire adopter leur standard par la FCC, le régulateur américain des télécoms. D'un côté, l'alliance Multiband-OFDM formée par Intel et Texas Instruments et regroupant Nokia, Samsung et Staccato. De l'autre, le groupe XSI, Motorola et ParthusCeva, favorables au standard DS-CDMA (lire encadré).

 

Libérer les fréquences

Au problème de standard s'ajoute celui de la libération des fréquences par les autorités de régulation des différents pays. Concernant les États-Unis, la FCC se réunira en avril pour décider de réviser ou non les restrictions imposées à l'UWB et notamment sa portée maximale fixée actuellement à 100 mètres.

 

Avec un risque que résume David Lowe, analyste chez NTCA : « Si la FCC étend sa portée à 1 km, l'UWB pourrait être utilisée comme un réseau téléphonique. » Et Kirsten West va même plus loin : « Un succès de l'UWB pourrait signifier à long terme la disparition pure et simple des réseaux 3G. » Bruce Watkins reste très prudent : « Même si, théoriquement, l'UWB longue distance est possible, je doute que cette technologie remplace un jour les réseaux 3 G. »

 

Ce que confirme Richard Dineen : « Si quelqu'un construit l'infrastructure d'accès, si on y ajoute des services à valeur ajoutée comme les MMS, si les performances sont améliorées, car même une portée de 1 km, c'est peu par rapport au réseau 3G, si les coûts diminuent, si les opérateurs arrivent à s'entendre pour offrir des services interopérables et d'itinérance, oui, l'UWB pourrait menacer la 3G. Cela fait quand même beaucoup de ``si''. »

 

En Europe, l'adoption de l'UWB pourrait être freinée là aussi par des problèmes réglementaires, voire même par les défenseurs de l'UMTS, pour qui la menace est réelle. Néanmoins, Kirsten West conclut : « La récente attribution de licences UWB par le gouvernement japonais il y a quelques mois confirme son plein essor au niveau mondial. »

 

Deux camps s'affrontent pour un standard

Richard Dineen, analyste chez Ovum Ldt.

 

« L'alliance MD-OFDM, formée par Intel et d'autres poids lourds, tels Nokia, Samsung et TI, me semble la mieux placée en raison de son savoir-faire pour lancer un produit sur ce marché. La différence se fera sur la capacité à commercialiser la technologie, à convaincre les consommateurs de la fiabilité de l'UWB et à réaliser des économies d'échelle pour offrir des prix compétitifs. De plus, cette alliance dispose de presque la totalité des votes (60 % des 75 % exigés) à l'IEEE. »

Kirsten West, docteur et analyste chez West Technology Research Solutions.

 

« Les pros DS-CDMA, et donc Motorola, ont l'avantage de distribuer et de tester déjà leurs échantillons de puces auprès de leurs clients, notamment Sony (100 000 unités commandées), et lors de salons. Avec la puce Trinity, ils sont clairement en avance sur leurs compétiteurs. A contrario, les pros MD-OFDM ne possèdent pas encore aujourd'hui de puces UWB. Mais selon moi, ce sont les gros OEM, tels Sony et Philips, qui décideront du meilleur standard technologique. »

 

Source et Suite .......... 01net

 

Mykii

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×