Aller au contenu
  • Pas encore inscrit ?

    Pourquoi ne pas vous inscrire ? C'est simple, rapide et gratuit.
    Pour en savoir plus, lisez Les avantages de l'inscription... et la Charte de Zébulon.
    De plus, les messages que vous postez en tant qu'invité restent invisibles tant qu'un modérateur ne les a pas validés. Inscrivez-vous, ce sera un gain de temps pour tout le monde, vous, les helpeurs et les modérateurs ! :wink:

ipl_001

[Nolog] GlobeNet en danger

Messages recommandés

Bonsoir à tous,

 

Pas mal de membres de Zeb ont un compte chez Nolog...

 

Je reçois un email très long et que je ne vais pas reproduire ici sauf si certains le demandent :

From: "Erick Aubourg" <erick@globenet.org>

To: <nolog@pops.globenet.org>

Sent: Wednesday, February 18, 2004 5:09 PM

Subject: [Nolog] GlobeNet en danger

 

 

> COMMUNIQUE DE GLOBENET/NO-LOG - L'INTERNET ASSOCIATIF ET SOLIDAIRE

>

> Objet :

>

> Information sur la possible disparition de Globenet et donc de No-Log

> Appel à la mobilisation

> Appel aux dons (http://mobilisation.globenet.org)

>

>

> Notre Internet en danger : L'association Globenet doit-elle mourir de

> ses choix ?

>

>

> Globenet, fournisseur d'accès et hébergeur associatif engagé depuis

> 1995 dans la promotion et la défense

>

> - d'un Internet éthique,

> - d'un contenu thématique pluriel pris en charge par ses utilisateurs,

> - de la mise en réseau de partenaires associatifs et de militants,

>

> va peut-être devoir arrêter ses activités dans les prochains mois,

> faute de parvenir à équilibrer son budget.

>

>

> NOS PROBLEMES :

>

> L'association connaît aujourd'hui un endettement lourd, de l'ordre de

> 65 000 euros, incluant une facilité de caisse accordée par la banque

> au titre d'une avance sur subvention sur projet que nous ne percevrons

> pas.

>

L'email fait 10 pages !

Je n'ai pas encore tout lu... je préfère employer mon temps à participer aux discussions de Zeb' :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité tesgaz

Salut ipl_001,

 

je l'ai recu aussi car j'utilise des adresses no.log

 

je l'ai lu entièrement, le problème vient du fait que l'Etat ne donne pas les subventions promisesà cette association.

D'autre part le Réseau Voltaire fait partie de Globenet (ceci pourrait expliquer cela ...)

 

le monde du libre est de plus en plus en danger :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le FAI associatif Globenet risque de fermer ses portes

 

La plate-forme d'hébergement associative Globenet fait face à une crise financière qui risque d'entraîner l'arrêt de ses activités. Au delà de sa situation propre, c'est l'existence d'un Internet solidaire qui est remis en cause.

 

Le 13 mars prochain, à l'occasion d'une assemblée générale extraordinaire, le Conseil d'administration de Globenet décidera de la poursuite, ou non, des activités de l'association. Globenet doit en effet faire face à une dette de l'ordre de 65 000 euros qui risque d'entraîner l'arrêt de ses activités. Créé en 1995 à partir du besoin grandissant de communiquer entre associations d'informations sur le nucléaire, Globenet se définit comme un fournisseur d'accès et hébergeur pour associations et mouvements militants. L'idée étant de s'investir dans "la promotion et la défense d'un Internet éthique, d'un contenu thématique pluriel pris en charge par ses utilisateurs, et de la mise en réseau de partenaires associatifs et de militants", lit-on sur le site.

 

Subventions coupées

 

Globenet fournit notamment les espaces d'expression de 250 associations dont Reporter sans frontières (RSF), Emmaüs, Médecins du monde ou le Réseau Voltaire; a contribué au développement de logiciel libre dont la solution d'hébergement AlternC; a participé à la création du FAI Gitoyen (voir édition du 16 février 2001); à lancé No-Log, service d'accès libre et confidentiel à Internet, etc. Bref, Globenet rime avec citoyenneté, solidarité, écologie, commerce équitable ou encore lutte contre l'exclusion. La disparition de Globenet risquerait donc d'entraîner dans son sillage nombre de structures associatives à l'utilité reconnue.

 

Pour la direction, la conjoncture explique en partie la situation financière de Globenet. "Notre public associatif a souffert des coupures de subvention ces dernières années. Par rebond, nous en souffrons à notre tour", explique Erick Aubourg, directeur de Globenet. "Nous avons également coupé nos activités de développement de services Web car les gens se débrouillent tout seul maintenant", poursuit-il, "et la seule activité d'hébergement ne permet plus à couvrir nos frais". Surtout, "on s'est laissé bercer d'illusion par des projets qui devaient être financés par l'Etat et qui nous auraient permis de renflouer les caisses", explique le directeur. Financements qui ne sont jamais arrivés.

 

Ne pas s'arrêter

 

Résultat, l'association, qui emploie quatre salariés à plein temps, doit aujourd'hui faire face à "un déficit structurel chronique de 5 000 euros mensuels" qui alourdit un peu plus chaque mois la dette. "Nous préparons des propositions de relance pour le 13 mars avec comme seul impératif de ne pas s'arrêter", prévient le directeur. Deux courants devraient se dégager. Réduire les activités et le personnel pour atteindre l'équilibre de fonctionnement. "Ce n'est pas forcément une bonne idée", estime le porte-parole, car au-delà des emplois et services menacés, "la réduction structurelle entraînerait celles des activités de solidarité et ce n'est pas notre politique." L'autre courant serait, à l'inverse, de développer d'autres services "mais sans tomber dans la logique commerciale, nous ne souhaitons pas devenir une web agency".

 

En attendant, Globenet a fait un appel aux dons. En moins d'une semaine, plus de 400 dons ont été faits couvrant, à ce jour, 13 % de la dette. Mais la solidarité ne représente qu'une solution provisoire et aléatoire. Erick Aubourg reste optimiste. "On sent une véritable mobilisation et nos membres associatifs sont prêts à nous aider, ils attendent surtout nos propositions". Au delà de l'affaire Globenet, c'est l'existence de la solidarité en ligne qui se pose plus globalement. "Je pense qu'un Internet associatif peut exister si les utilisateurs s'impliquent et assument les coûts", estime Erick Aubourg. L'un des projets pour sauver Globenet tient notamment dans la mise à contribution indirecte des utilisateurs du service No-Log. Quant au recours aux ressources publiques, "il doit se faire dans des volumes raisonnables". Afin de conserver une certaine indépendance et éviter les "plans sur la comète". Globenet en sait désormais quelque chose.

 

Christophe Lagane

 

Source VNUnet

 

Myki

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
L'hébergeur associatif GlobeNet ne tourne plus rond

 

Ludovic Nachury, 01net., le 25/02/2004 à 19h28

 

65 000 euros de dettes, 5 000 euros de pertes mensuelles, la clé de voûte Web des grandes causes françaises craint le dépôt de bilan. Elle table sur la mobilisation de ses utilisateurs.

 

Que Médecins du Monde, Attac, Reporters sans Frontières et Emmaüs soient présents sur Internet est tout sauf une surprise. Qu'ils puissent en disparaître le serait davantage. Un sentiment d'inquiétude règne pourtant dans le monde militant français, depuis que GlobeNet, l'association servant d'hébergeur et de fournisseur d'accès Internet à plusieurs centaines d'organisations, a parlé d'un possible redressement judiciaire à la fin du mois d'avril. Aujourd'hui, la menace semble écartée, mais une réforme profonde de cet acteur essentiel du Web est toujours en vue.

 

GlobeNet dispose d'une solide expérience. Créée en 1995, l'association gère 300 sites associatifs et 2 100 boîtes aux lettres, plus les 13 800 boîtes de son service d'accès à Internet anonyme, No-Log . Et va mal. Son endettement a atteint 65 000 euros, alimenté par un déficit structurel de 5 000 euros par mois. Ses grands contributeurs que sont les associations ne sont plus au rendez-vous.

 

« La plupart ont vu leurs subventions diminuer, estime Erick Aubourg, directeur de GlobeNet. Elles nous demandent moins de services et ont parfois du mal à nous régler (11 000 euros d'impayés en 2003). Mais, même si elles ont des difficultés, nous ne leur avons pas coupé l'accès, on ne va pas faire de sélection au fric. »

 

Elargir les sources de financement

Les difficultés actuelles du monde associatif n'expliquent pas tout. Chez GlobeNet, on reconnaît aussi n'avoir pas su anticiper une crise financière jugée prévisible et n'avoir pas suffisamment impliqué les utilisateurs du service. Aujourd'hui, l'heure est à la mobilisation d'urgence. Et ça marche.

 

« Nous avons reçu énormément de soutiens, c'est agréable, on se rend compte que notre action a un sens, poursuit Erick Aubourg. Un groupe dont nous n'avions jamais entendu parler va organiser un concert de soutien à Nantes, le 5 mars, et nous reversera 70 % des recettes. » GlobeNet a obtenu 12 300 euros de promesses de dons, dont 8 900 déjà versés.

 

Les associations, elles, s'organisent. Chez le spécialiste du commerce équitable Artisans du Monde, on explique « soutenir entièrement le projet GlobeNet ». Le bureau de l'association, réuni ce jeudi, décidera donc de la forme que prendra ce soutien. Selon Erick Aubourg, la plupart des organisations utilisatrices de son service sont en train de faire de même et devraient faire connaître leur décision d'ici peu.

 

Le futur de GlobeNet se jouera en partie le 13 mars. Ce jour-là, l'association organise une assemblée générale extraordinaire pour décider de réformes. Erick Aubourg se veut rassurant : « Il ne devrait pas y avoir de fermeture. Ce qui risque de se passer, si la situation ne s'améliore pas, c'est que nous restions hébergeur et fournisseur d'accès à Internet, mais avec un effectif moindre [4 salariés aujourd'hui, NDLR], donc moins de possibilités d'engagement, de développement de projets. No-Log n'est pas concerné, ce projet est équilibré. »

 

Une solution minimale. Erick Aubourg table plutôt sur un GlobeNet nouveau, impliquant plus dans son quotidien les organisations et les individus qui l'utilisent et ayant élargi ses sources de financement. De quoi lancer de nouvelles initiatives, comme ce projet, reporté l'an passé, de déploiement d'installations Internet en Afrique.

 

 

Source 01net

 

Myki

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×