Aller au contenu
  • Pas encore inscrit ?

    Pourquoi ne pas vous inscrire ? C'est simple, rapide et gratuit.
    Pour en savoir plus, lisez Les avantages de l'inscription... et la Charte de Zébulon.
    De plus, les messages que vous postez en tant qu'invité restent invisibles tant qu'un modérateur ne les a pas validés. Inscrivez-vous, ce sera un gain de temps pour tout le monde, vous, les helpeurs et les modérateurs ! :wink:

Myki

Verisign conteste la légitimité de l'Icann

Messages recommandés

Verisign conteste la légitimité de l'Icann

 

Sommé par l'Icann de stopper son service de redirection des adresses Web erronées, Verisign contre-attaque en accusant l'organisme de régulation d'outrepasser ses pouvoirs.

 

La hache de guerre est à nouveau déterrée entre Verisign, société commerciale chargée de la gestion des suffixes ".com" et ".net", et l'Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisme à but non lucratif dont la mission est de superviser le système de noms de domaine. Verisign vient en effet de remettre le feu aux poudres en attaquant l'Icann en justice devant la cour fédérale de Los Angeles, l'accusant d'outrepasser son rôle de coordinateur technique. "L'Icann a abusivement tenté de devenir le régulateur de facto du système de noms de domaine et, ce faisant, a empêché la création de nouveaux services dédiés aux utilisateurs et susceptibles de promouvoir le développement de l'Internet", peut-on lire dans un communiqué de presse de la société. Verisign y voit une violation du contrat liant les deux parties et reproche à l'Icann un manque de transparence sur ses procédures.

 

Un service très contesté

 

Le principal point de désaccord entre les deux protagonistes concerne le service de redirection des adresses Web, intitulé Site Finder, que Verisign avait unilatéralement décidé de mettre en place à l'automne dernier (voir édition du 19 septembre 2003). Le procédé - qui consistait à renvoyer les internautes ayant tapé une adresse Web erronée vers le service de recherche de Verisign - avait immédiatement provoqué un tollé de la part de nombreux acteurs du Web qui voyaient en lui une menace pour la stabilité et la sécurité de l'Internet. Sous la pression de l'Icann, Verisign s'était résignée à stopper provisoirement son service (voir édition du 6 octobre 2003) en attendant que lumière soit faite sur ses réelles répercussions sur le fonctionnement du Réseau, notamment sur les serveurs DNS - les machines chargées de rediriger les noms de domaine vers les adresses IP correspondantes. La société, qui a d'ores et déjà annoncé son intention de relancer Site Finder, demande aujourd'hui qu'interdiction soit faite à l'Icann d'interférer dans le processus.

 

Verisign ne semble pas avoir choisi au hasard la date de lancement de son offensive juridique. L'Icann doit en effet tenir, la semaine prochaine à Rome, une réunion publique portant sur la réforme de l'organisme et sur l'introduction de nouveaux services. Une réunion sous haute pression qui devrait permettre d'éclaircir la mission et les pouvoirs de l'Icann : simple coordinateur technique, comme l'affirme Verisign, ou véritable gendarme de l'Internet ?

 

Jean-Michel Manat

 

Source VNUnet

 

Myki

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

VeriSign porte plainte contre l'ICANN

27 février 13:04:41

 

WASHINGTON - VeriSign, la société chargée de gérer les noms de domaines en .net et .com, a déposé jeudi une plainte contre l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l'instance de régulation d'internet, qu'elle accuse d'avoir outrepassé ses pouvoirs en l'empêchant de gérer un service de recherche d'adresses sur le réseau mondial.

 

L'ICANN n'a pas autorité à interdire à VeriSign de lancer un moteur de recherche pour les utilisateurs ayant tapé une adresse erronée, a déclaré VeriSign, faisant référence à la fermeture de son site SiteFinder, sous pression de l'ICANN, en octobre 2003.

 

La société reproche aussi à l'ICANN de l'empêcher d'établir des listes d'attente pour l'obtention des noms de domaine les plus demandés.

 

"Cette tentative effrontée de l'ICANN d'assumer un 'pouvoir de régulation' sur les activités de VeriSign est un abus sérieux de la fonction de coordination technique de l'ICANN", déclare VeriSign dans sa plainte déposée auprès du tribunal fédéral de Los Angeles.

 

Un porte-parole de l'ICANN n'a pas commenté ces informations dans l'immédiat.

 

VeriSign redirigeait automatiquement les internautes qui tapaient une adresse internet inexistante ou mal orthographiée vers son site SiteFinder, lancé le 15 septembre dernier.

 

Début octobre, la société avait accepté de le fermer à la demande de l'ICANN et après des plaintes d'internautes, d'administrateurs réseau et de rivaux, accusant VeriSign d'outrepasser ses attributions. Des experts techniques avaient en outre estimé que cela pouvait avoir des conséquences négatives sur la sécurité et la stabilité d'Internet.

 

D'autres services proposés par VeriSign, comme des listes d'attente pour les noms de domaine et une transcription des adresses dans les alphabets non romains, ont été mis en suspens sans raison par l'ICANN, a ajouté VeriSign.

 

Un avocat de Seattle a par ailleurs déclaré qu'il déposerait aussi une plainte auprès du même tribunal vendredi pour empêcher que l'ICANN n'approuve le service de listes d'attente de VeriSign. L'argumentaire repose sur le fait que certains noms de domaines très demandés pourraient ne jamais redevenir libres et qu'il est donc anormal de payer pour avoir la chance de l'obtenir un jour.

 

Source Libération

 

Myki

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela dit, ça peut se comprendre : ils en ont marre de voir des sociétés leur acheter des noms de domaine illégitimement, et mettre en place une page Web avec leurs coordonnées pour les gens qui seraient interessés pour leur racheter (bien plus cher) ce domaine-là !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Affaire Site Finder: Verisign porte plainte contre l’Icann

Par Declan McCullagh

CNET News.com

Lundi 1 mars 2004

 

L’Icann, le régulateur du système des noms de domaine, imposait en octobre dernier la fermeture d’un service de redirection d’adresses incorrectement orthographiées. Verisign, la société en cause, conteste ce pouvoir de sanction devant la justice.

 

L’épisode Site Finder est resté en travers de la gorge des dirigeants de Verisign. Décidés à ne pas lâcher l’affaire, ils ont porté plainte le 26 février contre l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’organisme international en charge de la gestion du système de noms de domaine (DNS). Dans un document de 43 pages remis au tribunal fédéral de Los Angeles, la société américaine l’accuse de rupture de contrat et violation de la réglementation antitrust.

 

Rappelons que le service Site Finder, mis en place en septembre dernier, redirigeait les adresses internet en ".com" et en ".net" incorrectement orthographiées vers un site créé spécifiquement par Verisign. Elle avait, pour ce faire, modifié une partie de l’infrastructure du réseau internet qu’elle gère, en y introduisant un "Wildcard DNS" (appelé "DNS joker" par l'Afnic, qui gère le registre des ".fr"), qui renvoie une partie du trafic vers un de ses serveurs.

 

Cette "fonctionnalité" a soulevé les protestations de nombreux experts, qui ont souligné ses dérives à la fois techniques et juridiques. La société récupèrait, au passage, de nombreuses informations concernant l’internaute à l’origine de l’URL erronée. Au bout de deux semaines d’intenses tractations, l'Icann a finalement obtenu sa suspension. Mais il a fallu que l’organisme lance une mise en demeure officielle à Verisign. La société s’y était alors pliée, soulignant que sa capitulation n’était alors que temporaire.

 

Verisign veut avoir les mains libres pour relancer Site Finder

 

Depuis sa création il y a six ans, l’Icann, à l’origine un modeste organisme de coordination technique, s’est transformé «en régulateur de facto du DNS», critique Verisign dans sa plainte. «Nous attendons encore de recevoir les informations qui montrent que Site Finder allait être une menace pour la stabilité ou la sécurité de l’internet», s’est justifié Tom Galvin, un des vice-présidents de la société.

 

Verisign demande donc au juge d’empêcher l’Icann d’interférer, quelle que soit la manière, dans la réactivation de son service. Elle souhaite également obtenir une injonction stipulant que l’organisme international doit la traiter «de façon juste, raisonnable et équitable», et lui réclame aussi des dommages et intérêts (dont le montant n’a pas été spécifié).

 

Alors que la première grande réunion de travail de l'année pour l'Icann a débuté à Rome le 29 février, l’organisme s’est pour l’instant contenté de réagir par voie de communiqué. «L’Icann a travaillé étroitement avec Verisign et d’autres gestionnaires de noms de domaine au cours des années passées», écrit-il. «Nous sommes donc déçus de voir que Verisign a choisi une nouvelle fois la confrontation plutôt que le consensus.»

 

Avec Estelle Dumout, ZDNet France

 

Source ZDnet

 

Myki

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×