Aller au contenu
  • Pas encore inscrit ?

    Pourquoi ne pas vous inscrire ? C'est simple, rapide et gratuit.
    Pour en savoir plus, lisez Les avantages de l'inscription... et la Charte de Zébulon.
    De plus, les messages que vous postez en tant qu'invité restent invisibles tant qu'un modérateur ne les a pas validés. Inscrivez-vous, ce sera un gain de temps pour tout le monde, vous, les helpeurs et les modérateurs ! :wink:

Myki

[SCO] Le groupe s'attaque à des services américain

Messages recommandés

SCO Group s'attaque à des centres de recherches du gouvernement américain

Par Stephen Shankland

CNET News.com

Lundi 22 mars 2004

 

L’éditeur cible tous azimuts. Après IBM ou Daimler Chrysler, il menace de poursuivre en justice deux centres de recherche dépendants du département américain à l'Énergie. Ils utilisent des serveurs GNU/Linux pour leurs travaux. SCO prétend que cela viole ses droits de propriété sur Unix.

 

Nouvel axe de la stratégie anti-Linux de SCO Group aux États-Unis: l'éditeur menace désormais de poursuivre des centres de recherche gouvernementaux – après ses offensives juridiques dans le secteur informatique et contre de grands industriels.

 

Rappelons que SCO Group défraye, depuis un an, la chronique judicaire en affirmant détenir des droits de propriété intellectuelle sur du code Unix et que ce même code se retrouve aujourd'hui dans le noyau Linux. Et poursuit les gros utilisateurs de l'OS libre en leur réclamant des royalties.

 

C'est le cas du Lawrence Livermore National Laboratory et du National Energy Research Scientific Computing Center (NERSC), deux instances dépendantes du département américain à l'Énergie, qui utilisent des supercalculateurs tournant sous système à base de noyau Linux, fournis notamment par IBM.

 

«Je sollicite une réunion afin de discuter des alternatives possibles pour votre société. Nous croyons que nous pouvons vous proposer des solutions économiquement viables pour vous», peut-on lire dans une lettre adressée le 16 janvier à Horst Simon directeur du NERSC par Gregory Pettit, un des directeurs de SCO Group. Cette lettre, dont notre rédaction américaine s'est procurée une copie, fait elle-même suite à une précédente notification datant du 19 décembre.

 

«Si vous ne répondez pas à nos propositions afin de parvenir à un accord de licence, nous transmettrons vos coordonnées à nos avocats et considérerons une action judiciaire», poursuit  Pettit. La lettre envoyée au laboratoire de Livermore, également adressée en décembre, est du même acabit.

 

Pour l'instant, SCO s'est contenté de tirer des coûts de semonce. Un porte-parole du NERSC nous  a confié que «l'affaire a été transmise au service juridique» en se refusant à tout commentaire. Quant au Lawrence Livermore National Laboratory, il n'a pas retourné nos appels.

 

Avec Christophe Guillemin à Paris pour ZDNet France

 

Source ZDnet

 

Myki

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×