Aller au contenu
  • Pas encore inscrit ?

    Pourquoi ne pas vous inscrire ? C'est simple, rapide et gratuit.
    Pour en savoir plus, lisez Les avantages de l'inscription... et la Charte de Zébulon.
    De plus, les messages que vous postez en tant qu'invité restent invisibles tant qu'un modérateur ne les a pas validés. Inscrivez-vous, ce sera un gain de temps pour tout le monde, vous, les helpeurs et les modérateurs ! :wink:

Messages recommandés

Comme je vois que certain mettent leur exposé alors vous pouvez me donner votre avis sur mon TPE qui est sur le lobby de l'alcool (ca va interessé certain) c'est possible que je m'éloigne un peu du sujet

 

CHAPITRE 6 - LE LOBBY DE L'ALCOOL

 

 

 

A - L' association Entreprise et Prévention

 

 

 

1°) Sa création

 

 

 

Après1945, la montée du lobby des alcools connaît une très forte progression. En effet, les producteurs d’alcool ont l'autorisation de distiller leur propre alcool. On en compte trois millions. En 1989, le Ministre Evin commande à cinq experts un nouveau rapport sur les mesures à prendre pour réduire la consommation d'alcool et d’autres produits. Les médecins vont alors se reconvertir en lobby. Parallèlement, une trentaine de lobbies vont également s'exprimer, qui sont les producteurs de vin,de cidre, de bière ou d'alcool divers. Si la grande majorité des consommateurs a une attitude responsable vis-à-vis de l'alcool, une minorité pratique en revanche une consommation excessive, génératrice de risques individuels et collectifs. Conscientes de cette réalité, les principales sociétés du marché français du secteur des boissons alcoolisées se sont donc rassemblées. Elles ont pour priorité trois missions: -assurer un rôle de concertation avec les pouvoirs publics; -initier des actions de terrain en recherchant le partenariat des organismes de santé publique; -participer à la réduction de la surconsommation par des mesures concrètes et réalistes aux plans économique et social, et prôner une consommation modérée des boissons alcoolisées. Fondé en 1990, Entrprise et Prévention regroupe onze entreprises réalisant plus de 60% de chiffre d'affaire global du secteur de la brasserie, des vins et des spiritueux.Cette initiative, sans précédent, en France, vise à donner aux producteurs un rôle actif et reconnu dans la prévention de la consommation abusive d'alcool. Au-delà de la mise en commun d'expertises et de moyens, ç'est à une politique de prévention globale et concertée que les professionels du secteur des boissons ont aujourd'hui la volonté de participer, car le succès de la lutte contre l'alcoolisme repose sur un véritable consensus établi entre l'ensemble des acteurs concernés: pouvoirs publics, organismes de santé, acteurs économiques. Les producteurs réunis au sein d' Entreprise et Prévention participent activement à l'élaboration d'un modèle de prévention à la réalité française, ils développent et conduisent des actions d'information et de sensibilisation au risque alcool sur le terrain et associent les différents acteurs concernés aux opérations de prévention mises en oeuvre.

 

 

 

2°) Un exemple de prévention du risque alcool

 

 

 

Partant du constat que la consommation excessive d'alcool chez les jeunes est l'une des plus dommageables aux plans humains et social, et qu'elle se révèle particulièrement dangereuse en matière de sécurité routière, Entreprise et Prévention a souhaité développer une nouvelle forme d'action sur le terrain spécialement adapté aux 15-25 ans. C'est ainsi qu'a été conçu "Soif de Vivre, la plus importante opération de prévention de l'alcoolisme jamais organisée en France à échelle locale. L'objectif étant d'inciter les jeunes à un comportement responsable et l'implication maximum des jeunes, "Soif de Vivre" a été fondé sur un principe efficace et inédit: proposer un programme complet d'information et de sensibilisation au risque alcol à travers toutes les techniques d'animations reconnues et appréciées des 15-25 ans (jeux vidéos, bornes interactives, tests individuels, bande déssinée, concerts).Menée pour la première fois à Nancy du 12 au 22 mai 1993, l'opération a permis de sensibiliser une population élargie d'adolescents, y compris ceux qui sont traditionnellement difficiles à atteindre sur le terrain. Plus de dix-mille jeunes nancéiens y ont ainsi participé activement, et vingt-cinq mille ont été touchés par le message de modération.

 

Entreprise et Prévention a recours également à des actions de lobbying, mais d'après son Président Thyierry Mantoux "Entreprise et Prévention est un lobby, mais pour la prévention, ce que nous cherchons à promouvoir et à mettre en place, ç'est une prévention de terrain à laquelle participerait l'ensemble des partenaires". L'objectif est de réduire l'ensemble des côuts (medicaux, sociaux, humains) liés à la consommation excessive d'alcool. Le modèle défendu par l'ANPA consiste à essayer de réduire la consommation moyenne d'alcool en France. Il s'agit donc de mettre en place un certain nombre de freins à la consommation: restrictions ou interdictions de publicité, augmentation des taxes, interdiction des ventes dans certains endroits et à certaines heures.

 

 

 

4°) Loi Evin

 

Les principales mesures de la Loi Evin s'articulaient autour de trois propositions principales :

 

- l'interdiction de toute publicité directe ou indirecte en faveur des produits du tabac du 1er janvier 1993 ;

 

- concernant les boissons alcoolisées titrant 1,2 gramme d'alcool par litre, la publicité directe et indirecte sera aussi interdite à partir du 1er janvier 1993, à l'exception notamment de la presse pour adultes, des enseignes apposées sur les lieux de production et des voitures de livraison. Toute publicité devra être assortie d'un message de prévention ;

 

- il sera interdit de fumer dans les lieux à usage collectif, sauf dérogations strictement limitées ;

 

- les paquets de tabac devront porter la mention "nuit gravement à la santé".

 

 

 

B - Le lobby médical

 

 

 

Les professeurs de médecine Gérard Dubois, Claude Got, François Grémey, Albert Hirsch et Maurice Tubiana ont commencé à s'organiser en véritablegroupe de pression, afin de mener des actions contre le tabac et l'alcool. La loi sur la publicité pour l'alcool en 1986 n'aboutissait à aucun résultat. L'autorisation de la publicité pour la bière, accordée à la Cinq, Canal Plus et la 6 avait également été étendue en 1986 à TF1. Les professeurs Got et Dubois, décident alors de tenter un coup de publicité autour de la démission de Claude Got et du Haut comité d'études sur l'alcoolisme, largement couverte par les médias. Le résultat ne se fait pas attendre : Jacques Chirac organise un débat parlementaire sur la question et l'amendement Barrot qui supprimait toute publicité pour la bière à la télévision, est voté au printemps 1987. Les cinq ont également profité des présidentielles de 1988 pour mener leur première action commune en interpellant les quatre principaux candidats sur les thèmes du tabac, de l'alcool, et de la conception de véhicules dépassant les vitesses réglementaires. Le lobby des producteurs s'est constitué en 1990, deux mois après la présentation du projet de la loi Evin en conseil des ministres, voté en janvier 1991. Il manquait à la loi un décret définissant les zones de production, seuls endroits où l'affichage devait être autorisé. Les producteurs de boissons alcoolisées se sont battus fermement, pour éviter que ce décret ne sorte. Fin juin, ils ont obtenu gain de cause, puisque les députés ont voté un texte qui vide la loi Evin d'une bonne partie de sa substance.

 

Il ressort de l'analyse des motivations du groupe des "cinq sages" que leur action a été engagée à partir de deux constatations principales : l'importance du coût du tabac et de l'alcool en nombre décès et l'évolution du contexte social.

 

 

 

1°) Le coût du tabac et de l'alcool

 

 

 

C'est à partir du moment où le lien entre le tabac et le cancer a pu être établi que des dispositions ont pu commencer à être envisagées en matière de lutte contre le tabagisme. Les premières études dans ce domaine remontent aux années cinquante. Il a fallu une quinzaine d'années pour que le caractère scientifique de ces découvertes soit établi et à peu près autant pour prendre conscience de l'ampleur du désastre sanitaire que représente le tabagisme. Chaque année on impute quelque cent mille morts au tabac et à l'alcool : le tabac représente environ soixante mille décès prématurés et l'alcool les quarante mille restants. On comprend facilement que des professionnels de la santé qui ont quotidiennement connaissance de ces faits aient la volonté d'agir et considèrent que tous les moyens doivent être utilisés pour inciter une intervention en ce sens.

 

Le deuxième élément qui peut justifier l'émergence des sages et l'évolution du contexte social.

 

 

 

2°) Le contexte social

 

 

 

Lors des différents entretiens qu'ils ont accordés à la presse, dans les divers communiqués qu'ils ont fait paraître, les cinq sages ont toujours reconnu que leur action avait été favorisée par le contexte social.

 

 

 

3°) L'appui de l'opinion publique

 

 

 

On fait référence à l'impact que les différentes campagnes de prévention et d'information organisées par le Ministère de la Santé et le CFES (Centre Français d'Education Sanitaire) ont pu avoir sur l'opinion publique. Le Professeur Hirsch considère en effet qu'une des raisons de l'échec de la loi Veil est dûe à l'indifférence avec laquelle cette loi avait été accueillie en 1976. Cette indifférence était en grande partie expliquée par le manque de campagnes de sensibilisation de l'époque. Depuis les années 1980, des campagnes d'information ont été organisées et on peut maintenant en apprécier l'impact grâce à des sondages d'opinion réalisés régulièrement qui permettent de mettre en évidence les grandes tendances. Les professeurs de médecine, au contact de ces chiffres, de ces statistiques ont pris conscience d'une mission à accomplir et ont servi de relais entre l'opinion publique et le pouvoir en place.

 

Un autre facteur a favorisé l'action des sages : le renversement de la proportion fumeurs-non fumeurs : tant que les fumeurs représentaient la majorité de la population, il était difficile d'envisager des actions décisives dans ce domaine ; à partir du moment où la courbe s'est inversée on a pu plus aisément concevoir une stratégie de lutte contre le tabagisme. Cette constation est en étroite relation avec l'impact des campagnes d'information. Il est vraisemblable que celles-ci ont eu l'effet de diminuer le nombre des fumeurs en leur faisant prendre conscience des dangers qu'ils couraient en s'adonnant à leur coupable passion. On constate en effet une certaine corrélation entre ces deux éléments : la diminution de la consommation de cigarettes intervenant à la suite de campagnes de sensibilisation. En prenant de telles mesures les pouvoirs publics ont progressivement fait apparaître une nouvelle notion : la culpabilisation du fumeur. L'un des impacts possibles des campagnes de sensibilisation aux méfaits du tabagisme est vraisemblablement celui-là. Le

 

raisonnement des sages, dans cette conjoncture, est le suivant : dans la mesure où le tabac tue, il faut réduire la consommation du tabac. Mais il faut aussi parvenir à accentuer le sentiment de culpabilité du fumeur afin qu'il "décroche", il faut parvenir à le responsabiliser, même malgré lui ; et cette tâche incombe de droit aux pouvoirs publics qui doivent sortir de leur réserve et prendre des mesures pour lutter contre le tabagisme. Face à ce raisonnement, les différents gouvernements n'ont pas toujours eu une attitude cohérente. Certaines mesures, ou absence de mesures, l'ont même parfois démontré.

 

 

 

4°) Les ambiguïtés gouvernementales

 

 

 

Il n'est pas nécessaire de revenir sur la situation délicate du gouvernement en matière de lutte contre le tabagisme. Il est préférable de comprendre l'action des sages, relais de l'opinion publique, sur le gouvernement et de comprendre pourquoi ils cherchent à imposer leurs vues aux pouvoirs publics. La réponse est simple : en étant associés ponctuellement au pouvoir, les experts ont pu avoir un aperçu de l'impact de leurs propositions sur le pouvoir politique. Ils ont compris que s'ils voulaient parvenir à une action efficace, il fallait parfois contourner le pouvoir de façon à le mettre en situation critique face à l'opinion publique et à le forcer à adopter une politique claire et cohérente. On peut ainsi expliquer la prise de pouvoir des sages par l'attitude ambiguë du gouvernement qui n'a pas su gérer seul ses contradictions et qui a permis à un groupe de pression de le pousser dans ses retranchements et de le forcer à adopter une démarche logique s'il ne voulait pas être désavoué.

 

La lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme n'a pas seulement lieu au niveau national, elle se manifeste également à Bruxelles. En effet, une quinzaine d'associations non gouvernementales de lutte contre l'alcoolisme, notamment, sont regroupées dans Eurocare, et désirent étendre le modèle de la loi Evin à une Union européenne.

 

 

 

Présidée par le Français Michel Craplet, médecin-conseil de l'Association nationale de prévention contre l'alcoolisme (ANPA), Eurocare, créée en 1990, juge impératif d'insister sur les conséquences "santé" de la consommation alcoolique en dehors des seules considérations économiques. Tous les buveurs, les "occasionnels" inclus, se trouvent, un jour ou l'autre, exposés à des pathologies imputables au verre de trop, explique en substance l'organisation.

 

Implantée dans huit pays, l'association estime que la France de la loi Evin donne les clés européennes d'une vraie politique de prévention du risque alcool. Cependant, l'ONG est bien consciente que ses messages ont peu d'impact sur Bruxelles, qui est le plus souvent, influencée par le discours des alcooliers. Nous allons étudier, à présent, les résistances face aux associations de lutte contre l'alcoolisme et le tabagisme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×