Aller au contenu
  • Pas encore inscrit ?

    Pourquoi ne pas vous inscrire ? C'est simple, rapide et gratuit.
    Pour en savoir plus, lisez Les avantages de l'inscription... et la Charte de Zébulon.
    De plus, les messages que vous postez en tant qu'invité restent invisibles tant qu'un modérateur ne les a pas validés. Inscrivez-vous, ce sera un gain de temps pour tout le monde, vous, les helpeurs et les modérateurs ! :wink:

Messages recommandés

bonjour , une pétition ipv6 est en route pour les freenaute ...

 

je vous invites tous a participer: http://ipv6pourtous.free.fr/petition/

 

 

merci

 

 

voila la description de l'ip V6 :

 

 

Qu'est-ce qu'IPv6 ?

 

IPv6 est une nouvelle version du protocole IP, qui est le principal protocole de transport et de routage des paquets utilisé sur Internet.

 

IP est une couche de base dans Internet et vous l'utilisez quotidiennement sans vous en rendre compte. Lorsque vous vous connectez sur Internet, vous disposez d'une adresse IP qui permet de vous identifier de manière unique sur Internet.

 

La version d'IP la plus souvent utilisée actuellement est la version 4, plus couramment appelée IPv4.

 

[Retour]

Pourquoi IPv6 ne s'appelle-t-il pas IPv5 ?

 

La version 5 d'IP était une version d'expérimentation du protocole Internet Stream Protocol, qui n'a jamais été massivement déployé.

 

[Retour]

Pourquoi une nouvelle version d'IP ?

 

Au début des années 1990, l'IETF, organisme responsable des développements liés à Internet, a pris conscience que le protocole IPv4 allait atteindre ses limites en terme de capacité d'adressage (il n'y aurait plus d'adresse IPv4 disponible pour connecter de nouvelles machines).

 

Des solutions à court et moyen terme existent, comme l'assouplissement du plan d'adressage (CIDR) et l'utilisation de la traduction d'adresse (NAT). Cependant, elles posent d'autres problèmes et ne résolvent pas le problème principal sur le long terme.

 

IPv4 permet d'utiliser au maximum 232 adresses, soit environ 4 milliards d'adresses. Malheureusement, une bonne partie de ses adresses a été historiquement attribué à de grands groupes (par tranche de 16,8 millions adresses, ce qu'on appelle les adresses de classe A). En outre, certaines fonctionnalités comme le multicast ont encore plus restreint l'éventail des adresses disponibles. Enfin, les Etats-Unis et l'Europe ont acquis très tôt une grande partie des adresses initialement disponibles, limitant ainsi le nombre d'adresses restantes pour d'autres régions où Internet se développe maintenant rapidement, comme l'Asie.

 

[Retour]

Quelles sont les différences d'IPv6 par rapport à IPv4 ?

 

Nous n'indiquerons ici que quelques unes des principales modifications d'IPv6 par rapport à IPv4. Les spécialistes ont tout intérêt à consulter les différents liens que nous proposons pour obtenir une réponse plus exhaustive.

 

Tout d'abord, la longueur des adresses a été étendue, permettant l'existence de plus d'adresses. Une adresse IPv6 est longue de 128 bits alors qu'une adresse IPv4 est longue de 32 bits. On dispose donc avec IPv6 de 2128 adresses, soit 340 282 366 920 938 463 463 374 607 431 768 211 456 adressses. Cela équivaut à environ 67 milliards de milliards d'adresses par millimètre carré de la surface terrestre (aux alentours de 66.7133897 × 1016 adresses, pour être un peu plus précis) !

 

Le paquet IP a été simplifié, tout en permettant d'ajouter des extensions pour de nouvelles fonctionnalités. Cela permet d'accélérer le routage et d'introduire entre autres des notions de qualité de service, de sécurité et de mobilité au niveau IP, comblant ainsi de grandes lacunes d'IPv4.

 

Outre une meilleure efficacité du routage, certains changements permettent en outre une meilleure adaptation aux contraintes des réseaux actuels et futurs.

 

Enfin, afin de faciliter la migration depuis IPv4, des mécanismes d'interopérabilité et de correspondances entre IPv4 et IPv6 ont été introduits.

 

[Retour]

IPv6 est-il indispensable ?

 

Oui et non. Le déficit d'adresses IPv4 a engendré l'apparition de nouvelles techniques, aujourd'hui massivement utilisées pour raccorder les réseaux domestiques à Internet. Par exemple, chez Free, le NAT est utilisé lorsque la Freebox est en mode routeur.

 

Le NAT est efficace pour des applications comme le web ou l'e-mail, mais devient notoirement plus complexe pour des applications exigeant une ouverture de port sur Internet. Dans certains cas, cela rend les choses presque impossibles, comme pour les applications de VoIP, notamment celles basées sur le protocole standard SIP. Des applications comme Skype parviennent à fonctionner en utilisant des protocoles non standards et grâce à une grande panoplie de serveurs-relais, ainsi que grâce à des mécanismes de détection de NAT, ce qui complexifie inutilement le système.

 

IPv6 n'est donc pas, pour l'instant, absolument indispensable. Mais certaines limitations liées à IPv4, et même aux techniques pour contourner celles-ci, compliquent de plus en plus les choses et montrent un des intérêts d'IPv6.

 

[Retour]

Quels sont les moyens d'accès à Internet en IPv6 ?

 

A l'heure actuelle, il n'y a que deux solutions. La première consiste à utiliser un service de tunnel (Freenet6, par exemple) qui encapsule le trafic IPv6 dans un tunnel IPv4 à destination du prestataire. Cette solution n'est pas totalement satisfaisante, car elle induit une latence non négligeable (généralement plus de 500 ms sur Freenet6) et implique de dédier un routeur évolué ou un ordinateur pour faire tourner le système d'encapsulation du fournisseur de tunnel.

 

La seconde solution consiste en la disposition d'une connectivité IPv6 native, c'est-à-dire directe, sans utilisation d'IPv4. Le terme native est utilisé pour marquer la différence avec la connectivité par tunnel. C'est déjà possible en France, chez le fournisseur d'accès à Internet Nerim), mais aucun FAI grand public ne le permet.

 

En raison des contraintes liées à l'utilisation des tunnels, une connectivité IPv6 native est de loin la solution préférable en tant que connectivité IPv6.

 

[Retour]

À quoi sert une connectivité IPv6 native ?

 

Une connectivité IPv6 native sert tout d'abord aux développeurs et ingénieurs réseau de tester le protocole IPv6, et ainsi de le fiabiliser et de le valider.

 

Une autre utilisation non négligeable est la possibilité d'obtenir une adresse IPv6 publique, et donc accessible de n'importe où sur Internet, pour tous vos équipements derrière un unique accès à Internet. Cela permet notamment d'éviter les problèmes liés au NAT et de faciliter (voire rendre possible, car dans certains cas, ce n'était pas possible) l'utilisation de certaines applications, comme les applications de VoIP.

 

Dans le cas où plusieurs équipements sont accessibles sur Internet, il est bien entendu conseillé de veiller à la sécurité de chacun d'entre eux (en installant un pare-feu, par exemple).

 

[Retour]

Que peut faire Free ?

 

Free peut décider d'acheter un ensemble d'adresses IPv6 routables et d'attribuer à chaque client un préfixe de longueur donnée, c'est-à-dire un certain nombre d'adresses IPv6. Free pourrait ainsi offrir à ses clients une connectivité IPv6 native, comme ce que fait déjà Nerim.

 

Free peut choisir d'offrir ce service gratuitement à ses abonnés ou d'en faire un service payant.

 

Pour information, un abonné à un accès à Internet IPv6 diposera généralement de 18 446 744 073 709 551 616 adresses IPv6, au lieu d'une seule adresse IPv4, ce qui lui permettra de connecter tous les différents équipements qu'il possède à Internet. À noter qu'il n'existe que 4 294 967 296 adresses IPv4.

 

[Retour]

IPv6 est-il supporté par mon système d'exploitation ... ?

 

Tous les principaux systèmes d'exploitation supportent IPv6 (voir la liste ci-dessous). Il faut cependant noter que les applications doivent elles aussi supporter IPv6 pour pouvoir l'utiliser. Les applications modernes supportent généralement IPv6.

 

Windows XP avec le Service Pack 1 est le premier système d'exploitation de Microsoft à supporter nativement IPv6. Il faut néanmoins l'activer en tapant la commande : ipv6 install sous l'invite de commande. Microsoft a mis en place une FAQ IPv6.

 

Mac OS X inclue un support IPv6 depuis Jaguar (10.1) et utilise la même couche IPv6 que les *BSD.

 

Linux supporte IPv6 grâce au projet USAGI. Un HOWTO est disponible.

 

Les *BSD (DragonflyBSD, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD) utilisent la couche IPv6 du projet KAME et incluent donc le support IPv6.

 

Windows CE supporte IPv6 depuis la version 4.2. Les PocketPC sous Windows Mobile 2003, 2003 SE supportent donc nativement IPv6.

 

Symbian inclut le support d'IPv6 à partir de la version 7.0.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Votre contenu devra être approuvé par un modérateur

Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×